Post-docs

Thomas GUINDEUIL

Patrimonialiser les « arts et traditions populaires » en Éthiopie<br/>Histoire d’un musée ethnographique éthiopien (1953-2013)
Un musée pour les peuples d’Éthiopie

Aujourd’hui deuxième pays d’Afrique par sa population, puissance régionale restée indépendante des pays colonisateurs pendant quasiment toute la période contemporaine, l’Éthiopie a attendu 1961 pour ouvrir son premier musée ethnographique. Installé dans l’écrin du campus universitaire d’Addis-Abeba, dans un ancien palais impérial, le Musée de l’Institut des études éthiopiennes (ou Musée de l’IES1) est d’abord un musée de la ruralité, qui expose les modes de vie et les productions artisanales de la mosaïque de peuples qui habitent l’État éthiopien contemporain. Les collections, commencées dès 1953, comprennent un très grand nombre d’objets du quotidien – 12 000 références environ, dominées par la céramique, ainsi que l’artisanat du bois, du cuir, du métal ou la vannerie2 – auxquels se sont ajoutés des peintures et des instruments de musique. Institution centrale de la vie culturelle et scientifique éthiopienne, le Musée de l’IES n’a connu de concurrence qu’à partir de 1976, date de la création d’un Musée national, fondé sur des collections paléontologiques et archéologiques constituées et ponctuellement exposées depuis 1955. Là où le Musée national regarde le passé de l’Éthiopie, le Musée de l’IES regarde surtout le présent, qu’il choisit d’illustrer par une collection ethnographique en évitant consciencieusement l’art contemporain – qui ne dispose pas de réel lieu d’exposition public en Éthiopie. C’est le musée des peuples d’une Éthiopie traversée par de multiples barrières culturelles, et dont la fragile unité – que met en scène le Musée de l’IES – se retrouve dans le partage d’une culture matérielle essentiellement produite par les savoir-faire locaux. Sa seule concession à la culture des élites consiste en une modeste collection d’art religieux chrétien, originaire des provinces du nord du pays. Une présence qui vient rappeler que l’Éthiopie contemporaine s’est construite dans un rapport de force tout à fait favorable aux chrétiens et au clergé.

Laboratoires d’accueil: IIAC / Musée des arts et métiers / Musée du Quai Branly