Micro-projets

Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960

Plateforme 4: Expositions, pratiques et expériences

Depuis les années 1960, le patrimoine cinématographique est progressivement sorti des institutions qui ont, pendant plusieurs décennies, eu le monopole de sa conservation et de sa diffusion – les cinémathèques – pour devenir accessibles dans d’autres lieux et sur des supports de plus en plus variés. Si elle a permis à de nouveaux publics de découvrir les films « anciens » et d’inventer des pratiques inédites de visionnement, cette évolution amène aujourd’hui les cinémathèques et archives du film, généralement considérées comme des musées pour le cinéma, à s’interroger sur leur identité et les frontières de leur activité.
Ce projet, qui se déclinera sous la forme d’un colloque international, d’un séminaire et d’une publication, a pour objectif d’étudier la mutation des lieux, des supports, des acteurs, des pratiques, qui s’est opérée depuis cinquante ans. Comment et selon quelle chronologie cette diversification s’est-elle opérée ? Celle-ci conduit-elle à une banalisation, une démocratisation ou une transformation du patrimoine ? Permet-elle une certaine « horizontalité » de l’accès à la culture ou favorise-t-elle au contraire l’adoption de canons universels ? Quelles conséquences a-t-elle sur le fonctionnement et les missions traditionnelles des cinémathèques et des archives du film ?
Ce projet rassemblera historiens du cinéma et acteurs de la diffusion des films anciens. Il se propose de réfléchir aux différents agents de la patrimonialisation moderne du cinéma afin de dessiner, pour demain, de nouvelles perspectives de « mise en scène » de ce patrimoine.

Responsable scientifique : Christophe Gauthier, directeur d’études Ecole nationale des Chartes

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
- Université Paris 1, HiCSA (EA 4100) : Dimitri Vezyroglou
- Ecole nationale des chartes, centre Jean-Mabillon (EA 3624) : Christophe Gauthier

Etudiants et doctorants
:
- Chloé Louw, doctorante Ecole des chartes (Centre Jean-Mabillon, EA 3624)

Autres partenaires :
- Natacha Laurent, Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire Framespa (UMR 5136)
- Ophir Lévy, Université Paris 3, ancien post-doc Labex CAP.

Séminaire 2016-2017

Colloque Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960