Micro-projets

Paroles imprimées – organes culturels, diasporas
et circulations artistiques à Paris au 20e siècle

Plateforme 3 : Transmission, diffusion, réception

Le projet de recherche « Paroles imprimées – organes culturels, diasporas et circulations artistiques à Paris au 20e siècle » entend étudier la représentation culturelle et artistique des diasporas au prisme des revues indépendantes et des manifestes édités et imprimés par des intellectuels et artistes non-européens vivant à Paris au 20e siècle. Le projet vise à récolter et analyser les traces identitaires de cette communication entre communautés artistiques venues des continents africain, asiatique et latino-américains aussi bien que de l’Europe de l’Est, de l’espace balkanique élargi et du Caucase (par exemple, de la Russie, de l’Arménie, et de la Géorgie).

Le projet s’inscrit dans la continuité des recherches et analyses menées par le collectif Global Art Prospective, créé en 2015 à l’INHA. De manière fortement complémentaire, il amplifie l’étude des périodiques des empires coloniaux et postcoloniaux en traitant le cadre des dynamiques historiques et critiques développés par les revues autodéterminées de personnes venues à Paris par la force de la migration. Ces porte-paroles imprimés considérés comme vecteurs de représentations identitaires nous offrent la possibilité de comprendre l’histoire des diasporas culturelles à Paris pendant le 20e siècle et d’interroger, à travers des pratiques éditoriales spécifiques, le medium des publications engagées dans toute la complexité des cultures intellectuelles qui les produisent.

Ce projet sera également l’occasion de saisir les formes d’engagement des organes culturels des communautés intellectuelles étrangères vivant dans la métropole, à la fois dans la cristallisation de leur position politique, que dans les pratiques et expériences artistiques d’édition qu’ils mobilisent.

Les résultats de cette recherche seront présentés lors d’une exposition au Centre Georges Pompidou prévue entre octobre 2018 – février 2019. Il s’agira d’exposer une sélection importante de ces revues des diasporas artistiques et par ce biais de démontrer la valeur continue d’une expression intellectuelle qui agit en tant que charnière culturelle et communautaire. La présentation historique de ces organes imprimés constituera la colonne vertébrale de l’exposition. Avec l’installation d’imprimantes offset Heidelberg, la Galerie 0 du Centre Georges Pompidou deviendra un lieu de production d’organes imprimés contemporains inspirés par les revues diasporiques du 20e siècle. Grâce à ce projet de recherche mené en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art, l’exposition contribuera à créer un environnement dialogique d’atelier, de centre de recherches, et de production. Le tout sera accessible au public.

Responsable scientifique :

Mica Gherghescu, docteure en histoire de l’art, responsable de la programmation scientifique, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :

Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme « Global Art Prospective », Institut national d’histoire de l’art

Didier Schulmann, conservateur et chef de service Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou

Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, Musée national d’art moderne/Centre Pompidou

Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Florence Duchemin-Pelletier, post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme « Global Art Prospective »

Etudiants et doctorants :

Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet, « Global Art Prospective »

Aline Pighin, doctorante en histoire (Université Paris 7 Denis Diderot – CESSMA), membre du projet, « Global Art Prospective »

Caroll Maréchal, doctorante en sociologie au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS) ; enseignante École supérieure d’art de Cambrai (Esac)

Autres partenaires :

Clémentine Deliss, docteure en philosophie à la SOAS (Université de Londres), commissaire d’expositions, critique d’art et éditrice, membre du Conseil scientifique du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Laurence Gueye-Parmentier, responsable des périodiques, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne/Centre Pompidou

Membres de l’observatoire « Global Art Prospective » :

- Lotte Arndt, docteure en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence

- Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle

- Emilie Goudal, historienne de l’art, (CADIS/EHESS)

- Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

- Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Université de Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition

- Morad Montazami, historien de l’art, chercheur associé Tate Modern