Micro-projets

MANART – Les manifestes artistiques et littéraires au XXe siècle

Ce micro-projet entre dans le thème 3 du pôle Création
Pratiques créatrice comme pratiques sociales : enjeux, fonctions, catégorisations

MANART est un projet construit autour de la base du même nom sur les « MANifestes ARTistiques » du XXe siècle. Il s’agit en effet, dans une première étape, de recenser la totalité des manifestes littéraires et artistiques du XXe siècle dans le monde. Projet utopique, d’une certaine façon, puisque nous ne serons jamais certains d’avoir tout recensé, mais aussi, par conséquent, projet en constante évolution, au fur et à mesure que de nouveaux manifestes sont découverts et de nouvelles données apportées dans la base. 

Pour chaque manifeste recensé, un certain nombre de champs doivent être remplis, tels que les noms en langue originale et en traduction du titre, le nom des signataires, du mouvement dont ils se revendiquent lorsque c’est le cas, si le manifeste se revendique comme tel ou non, la source critique qui le déclare comme tel, la source bibliographique du manifeste, etc.

Notre ambition, à terme, est d’extraire de ces données des statistiques qui permettront d’éclaircir l’évolution du genre manifestaire, d’y découvrir de nouveaux éléments (traits discursifs, fonctions, intentions), ainsi que de dégager des pistes pour examiner les variations du genre au fil des années par rapport à un contexte socio-économique sans cesse changeant. Quelle part ce genre fait-il à l’individu et au collectif ? A-t-il encore une actualité aujourd’hui ? A-t-il connu une « grande époque », comme on le croit souvent ? Où produit-on le plus de manifestes ? Les manifestes sont-ils toujours des textes ? Autant de questions auxquelles la base devrait permettre de répondre.

Le projet est né d’une journée d’études interdisciplinaire sur le manifeste artistique contemporain organisée par Mette Tjell et Viviana Birolli au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL) à l’EHESS. Une première ébauche de la base y a été présentée par Camille Bloomfield (Université Paris 8), intervenante de la journée, mais le projet n’a vraiment pris sa forme actuelle que lorsque Mette Tjell, Viviana Birolli et Audrey Ziane l’ont rejoint.

Site de Manart