Micro-projets

Les critiques d’art francophones des années 1880
à l’Entre-deux-guerres : Enjeux documentaires et scientifiques
d’une approche prosopographique

Ce micro-projet entre dans le thème 2 du pôle Enjeux Contemporains du patrimoine :
Critique d’art, expertise, opinion et valeur patrimoniale

Présentation

Pendant longtemps, la production artistique n’a été étudiée qu’en fonction des œuvres, dans une perspective de catalogue raisonné. La place des matériaux constitutifs de la réception des œuvres a donc été minorée et la critique d’art bien souvent reléguée à la fin des ouvrages dans une rubrique marginale titrée « Fortune critique ». Pourtant, l’objet artistique n’a d’existence au monde qu’à partir du moment où il est reçu par une ou plusieurs personnes et le commentaire critique fait ainsi partie de l’acte de naissance sociale de bien des œuvres d’art. Par ailleurs, les discours sur l’art peuvent également être des éléments constitutifs des processus créatifs puisque les artistes sont susceptibles d’intégrer les commentaires passés de la critique ou leurs horizons d’attente supposés lors de l’élaboration de leurs œuvres. La critique d’art s’impose alors comme un patrimoine imprimé étroitement lié à la production artistique de la période contemporaine et indispensable pour le chercheur qui a l’ambition d’en écrire l’histoire.

Ce micro-projet se propose de constituer une base de données documentaire sur les critiques d’art francophones des années 1880 aux 1920. Il apparaît donc nécessaire de s’interroger sur l’actualité et la nature de la recherche actuelle sur la critique d’art. Rassemblant des spécialistes de la critique d’art en général, mais aussi de la critique architecturale, photographique ou cinématographique, cette table ronde tentera à la fois de dresser un état des lieux afin de connaître l’existant, de pointer les manques, mais également de comparer les approches méthodologiques entre les disciplines. Seront ainsi interrogés par exemple l’approche prosopographique proposée par la base ou son aspect documentaire.

 

Membres de l’équipe : Eléonore Challine, Jean-Philippe Garric, Christophe Gauthier, Claude Schvalberg, Anne-Sophie Aguila ; modération : Catherine Méneux et Marie Gispert.