Événements

Appel à communications / Modernités artistiques en Afrique

Appel à communications / Journée d’étude

Avant que la « magie » n’opère.
Modernités artistiques en Afrique

Le 14 septembre 2015, Galerie Colbert

Organisateurs : Nora GREANI (Postdoctorante Labex CAP) et Maureen MURPHY (Maître de Conférences Université Paris I, HiCSA).


Date limite d’envoi des propositions : le 30 avril 2015

Mieux connue sous l’angle des arts « premiers » ou de la création contemporaine, l’histoire des arts d’Afrique comporte encore de vastes pans oubliés, en particulier en ce qui concerne l’époque moderne. L’exposition parisienne Les Magiciens de la Terre est communément considérée comme fondatrice en ce qu’elle ouvre officiellement la voie de la scène internationale à certains plasticiens africains en 1989. Mais avant que cette prétendue « magie » n’opère, comment reconstituer et comprendre le fonctionnement de la scène artistique moderne ?
La notion de modernité artistique africaine peut être définie comme l’avènement d’une nouvelle organisation sociale autour de l’art et l’emploi de techniques d’inspiration occidentale, observable sur le continent dès les années vingt. Au lendemain des Indépendances, différents Etats africains vont tenter d’articuler arts et politique nationaliste, pour mieux asseoir leurs idéologies  révolutionnaires, valoriser l’idée de « bantouïté », de négritude ou de zaïrianisation, par exemple. Les œuvres d’art réalisées dans ce contexte attestent du rôle politique actif dévolu à certains artistes, ainsi que du développement de pratiques artistiques qui tentent de mêler références à une modernité artistique d’inspiration européenne et valorisation d’une certaine « idée d’Afrique », pour reprendre les termes de V.Y. Mudimbe.
Cette journée d’étude se concentrera sur les rapports entre sphères artistiques et sphères de pouvoir. Elle entend examiner différentes tendances de l’art visuel moderne africain, la période historique considérée s’étendant des années soixante à la fin des années quatre-vingt – époque qui amorce la diffusion internationale d’un certain art africain contemporain au travers d’une succession d’expositions collectives. L’enjeu scientifique est de participer à l’écriture d’un chapitre encore méconnu de l’histoire des arts de l’Afrique : celui dédié à l’art moderne.
Les propositions pourront, de façon non-exhaustive, aborder les thématiques suivantes :
- l’implication du champ politique dans l’art africain à partir des indépendances
- la naissance de la figure d’artiste moderne en Afrique
- l’art africain au service de la construction nationale
- l’art révolutionnaire africain
- les liens, différences et similitudes entre art moderne en Europe et en Afrique
Cet appel à communications est ouvert aux chercheurs en histoire de l’art et en anthropologie, ainsi qu’aux professionnels du patrimoine. Les propositions pourront porter sur des contextes nationaux divers incluant l’Afrique du Nord. Les contributions proposant des réflexions inédites sur le rapport entre art et politique en Afrique retiendront particulièrement notre attention. Les propositions (500 mots maximum en format Word ou PDF avec un titre provisoire, accompagnée d’une courte notice bio-bibliographique de l’auteur) sont attendues au plus tard le 31 avril 2015 et à envoyer par mail en document attaché à l’adresse ci-dessous.

Contact : Nora Greani (Labex CAP)
je.modernites.africaines@gmail.com

Les réponses seront communiquées au plus tard le 20 mai 2015.