Annuaire

Frédérique Desbuissons

Maître de conférence

Frédérique Desbuissons a soutenu à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 1997 une thèse intitulée « Énigme et interprétation : L’Atelier du peintre de Gustave Courbet, 1854-1996 : histoire d’une œuvre inachevée ». Allocataire-monitrice et ATER dans cette même université, puis research fellow à l’Institut britannique de Paris (Université de Londres), elle a été élue maître de conférences en histoire de l’art moderne et contemporain à l’université de Reims Champagne-Ardenne en 2001. Rédactrice-adjointe de Quarante-huit quatorze, la revue du musée d’Orsay de 2010 à 2011, elle a rejoint en 2012 l’INHA en tant que conseiller scientifique. Elle a consacré de nombreux articles à l’œuvre de Gustave Courbet ainsi qu’à la construction de la figure de l’artiste. Ses travaux sur l’exposition des Sabines de David, Dominique-Vivant Denon ou Jacques-Nicolas Paillot de Montabert s’attachent à des aspects du néoclassicisme négligés par le canon. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre les beaux-arts et l’alimentation au XIXe siècle dans le contexte de la popularisation de la culture gastronomique.

Bibliographie :

« Le vieil ivrogne d’Ornans », dans Gustave Courbet. Les années suisses, cat. exp. Genève, musée d’Art et d’Histoire, 5 septembre 2014-4 janvier 2015.

« Yeux ouverts et bouche affamée : le paradigme culinaire de l’art moderne, 1850-1880 », Sociétés et Représentations n°34, automne 2012.

« The Studio and the Kitchen: Culinary Ugliness as Pictorial Stigmatisation in Nineteenth-Century France », dans Andrei Pop et Mechtild Widrich (dir.), Ugliness. The Non-Beautiful in Art and Theory, Londres, I.B. Tauris, 2013.

« La peinture faisandée. Un fantasme de haut goût dans le second XIXe siècle », dans Anne Carol et Isabelle Thibaudet (dir.), La mort à l’oeuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art, Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence, 2013.

« Les couleurs de l’alimentation. La peinture au prisme de la nourriture, 1860-1880 », dans Eleonore Reverzy et Bertrand Marquer (dir.) La cuisine de l’oeuvre au XIXe siècle. Regards d’artistes et d’écrivains, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013.